Patrick Berger architecte, Paris

« L’architecture est le tout et la partie de la ville »  [1]

Patrick Berger est né à Paris en 1947 et participe au renouvellement de l’architecture française dès les années 1980 notamment par son approche associant Architecture, Ville, Histoire et Nature.
Après ses études d’architecture, commencées en 1966 à l’École Nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris, il se rend au Népal pour une étude d’ethno-architecture à Panauti, ville royale de l’Himalaya. Les thèmes abordés durant ce voyage sont ceux que l’on retrouvera au fil des années : l’Homme, ses formes de vie abritées et représentées par l’architecture, ses procédés pour bâtir et leur expression ; ses croyances et leurs signes construits faisant Ville. L’histoire de leurs milieux naturels et construits et les questions que posent leur évolution aujourd’hui.
Ses trois livres suivant : Formes cachées, la ville, Milieux [2], et Animal ?  [3] énoncent les notions explorées à différentes échelles dans sa pratique du métier. 
Son architecture se caractérise par la mise à jour de figures qui unifient une expression symbolique de l’usage et une orientation pour le devenir et le caractère d’un site. Ses dessins façonnent à cet effet — pour chaque forme et chaque matériau mis en oeuvre — les éléments, leurs assemblages, la composition, et leurs proportions.

Patrick Berger est aussi auteur d’installations in-situ, parfois éphémères ou proches de la performance. Ses dessins et maquettes font partie des collections du Centre Georges-Pompidou à Paris, de l’Institut français d’architecture (IFA) et du Musée allemand d’architecture (DAM). Professeur d’architecture honoraire à l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne, il a aussi enseigné à Saint-Etienne et Paris.


[1Patrick Berger cité par Frédéric Edelmann dans l’article relatant l’attribution du Grand Prix d’Architecture « Patrick Berger Maître d’œuvre en diversité » le Monde du 28 Juin 2004 : 
https://www.lemonde.fr/archives/article/2004/06/28/patrick-berger-maitre-d-uvre-en-diversite_370776_1819218.html

[2Voir le livre « Milieux » à l’occasion de l’exposition éponyme au palais de la Porte Dorée en 2005 : 
https://www.lemonde.fr/culture/article/2005/03/31/l-art-de-la-fugue-de-l-architecte-patrick-berger_633840_3246.html

[3Géraldine Schönenberg « Le maître des formes »
 Le Temps mercredi 2 juillet 2014. 
https://www.letemps.ch/lifestyle/patrick-berger-maitre-formes.