Patrick Berger architecte, Paris

Réaménagement des Halles, le pôle transport Châtelet-Les-Halles, Paris

Le Pôle Châtelet-les-Halles

La restructuration d’une infrastructure souterraine de transport

Une pièce urbaine, superposée, à l’échelle de la métropole
Centre historique et géographique de Paris, le quartier des Halles est devenu, depuis l’inauguration de la gare souterraine Châtelet les Halles en 1977, un nœud majeur dans l’infrastructure des transports en Île-de-France.
Ici, en sous-sol, la gare, avec au-dessus la plateforme d’échange, puis le centre commercial et enfin l’émergence de la Canopée sont successivement superposés ; cet ensemble constitue un complexe urbain vertical dont la majeure partie est souterraine.
Patrick Berger et Jacques Anziutti remportent en 2007, la consultation pour la restructuration de la gare souterraine devenue la plus importante d’Europe, tant du point de vue du nombre de trains que de celui des utilisateurs, 800 000 par jour.

Une infrastructure de transport souterraine : reconfiguer un pôle multimodal
La Gare châtelet-Les Halles a été pensée dans les années 60 comme un pôle multimodal assurant les interconnexions entre le Réseau Regional Express (RER A, B et D) et 5 lignes de métro (1,5,7,11,14). Cette nouvelle gare, au centre et en sous-sol de la capitale, permettait aussi de délester les gares parisiennes du 19e siècle. Les usagers des nouvelles banlieues d’Ile-de-France arrivent donc désormais au cœur de Paris dans la gare construite dans le creux de l’ancien « Trou des Halles ». Le niveau -5 est celui des trains RER, l’orientation et la longueur des quais sont déduites de la longueur des trains et des contraintes logistiques des tracés des lignes parallèles pour permettre la connexion directe d’une ligne à l’autre. Le niveau -4, juste au dessus, est occupé par la salle d’échange à partir de laquelle rayonnent les sorties dans Paris et les couloirs de correspondance vers les 5 lignes de métro.
Le projet de la Canopée a été conçu comme la surélévation du Pôle multimodal. La restructuration de la gare pose et résout les questions posées par les transformations d’une infrastructure de transport souterraine, dans un existant urbain ultra-dense et en activité.

Construire dans l’existant, en sous-sol
Le projet de restructuration de la gare complète et finalise, en sous-sol, le projet de réorganisation du quartier des Halles achevé en 2016 avec la Canopée. Les deux projets, malgré des maîtrises d’ouvrage distinctes ont été pensés comme un tout : une pièce urbaine superposée dépassant 500 m de longueur et atteignant 24 m en sous-sol.

Le Projet

"Se situer et s’orienter dans un espace souterrain de mobilité"
 ●  Le système d’espace est fondé sur la notion de « seuil »
 ●  Dans l’architecture de mobilité c’est moins la forme des espaces qui est retenue que les repères qui constituent les changements de niveaux ou de directions. On mémorise un parcours surtout par les seuils que l’on doit franchir.
 ●  Les seuils sont donc singularisés pour être immédiatement identifiés.
 ●  Galerie, couloir, nouvelle sortie, franchissement de contrôle, escaliers, connections avec les quais RER, changements de mobilité sont dessinés comme des objets architecturaux distincts et contrastés
 ●  Ces types de seuils, avec leurs matérialités et leurs formes distinctes composent la figure d’ensemble ; l’espace en est le résultat.

Consulter aussi l’article sur la Canopée

Voir les crédits

Le Pôle Châtelet-les Halles

Architectes : Patrick Berger et Jacques Anziutti

Assistants : Julien Abinal et Mathieu Andrieu
Mathieu Mercuriali (synthèse Canopée-gare)
Matthieu Aurenche (chantier)

Ingénierie : RATP ingénierie
Economie : Ingérop Conseil et ingénierie
Structure édicule : Ingérop Conseil et ingénierie
Acoustique : ACV
Eclairage : Ingelux
Informations voyageurs/signalétique : Attoma
OPC : RATP
Fluides : RATP

Maîtrise d’ouvrage : RATP
Entreprises : Sogea TPI, Vulcain, SDEL

Photos : Philippe Chancel