Patrick Berger architecte, Paris

Candidature de Paris aux J.O. 2008 ; projet

Les Jeux Olympiques redessinent la forme de Paris

Les jeux olympiques redessinent Paris
Projet pour la candidature de Paris aux JO 2008
La stratégie de localisation des programmes a plus d’effet que leur masse

Ce projet pose l’idée que l’architecture évènementielle et éphémère peut paradoxalement résoudre des problèmes urbains dans la durée. En 2008, le parcours du marathon aurait inventé une nouvelle géographie urbaine avec un anneau hydrographique de 42 km de circonférence, les Jeux Olympiques pouvaient redessiner Paris. Cet anneau est celui de la courbe de la Seine bouclée avec celle du canal Saint-Denis. Cette boucle d’eau unique, reliant les grands édifices de l’histoire et de l’essor de la capitale, croise celle de la limite actuelle de Paris.
Le tracé du périphérique et le tracé hydrographique, deux anneaux entrelacés, deviennent la nouvelle configuration de Paris et « décentrent » sa vision.
En suivant le fil constitué par les canaux Saint-Martin et Saint-Denis, l’eau qui a donné naissance à la capitale ici l’émancipe. Ce fil d’eau est une voie naturelle, il est aussi une voie stratégique pour la conjugaison du centre et de la banlieue.

Les programmes prévus pour les Jeux olympiques sont situés avec précision de part et d’autre de la Porte d’Aubervilliers, dans le secteur où se joue la continuité urbaine, depuis le port de l’Arsenal jusqu’à l’Île-Saint-Denis.
Ils se traduisent par 5 constructions destinées aux athlètes, abritant pour chacune leur village olympique, leur lieu d’entrainement, leurs lieux de loisirs et leurs lieux de cultes.
Ces 5 édifices, de volumes analogues, longitudinaux, sont disposés perpendiculairement au canal. En ayant « pignon » sur celui-ci et en ordonnant le quai par le rythme de leur espacement, l’ensemble transforme le canal Saint-Denis en une Voie de prestige « faisant ville » qui prolonge celles de Paris : les quais de l’Oise, de la Seine, de Jemmapes puis les boulevards Jules Ferry, Richard Lenoir et la Bastille, tous en continuité. Ce dispositif crée une continuité là où le périphérique avait créé une discontinuité entre les paysages urbains de Paris et la banlieue.
Pour dessiner le Grand Paris, la stratégie de localisation des programmes a plus d’effet que leur masse.


Article connexe :
Le cycle de l’eau : une île en ville pour la candidature de Paris JO 2008

Voir les crédits

Programme : Localisation et conception de programmes sportifs

Maître d’ouvrage : G.I.P. – Groupement d’interêt public Paris Ile-de-France

Situation : 93450 La Plaine Saint-Denis

Projet : Patrick Berger architecte
(assist. : JC.Quinton)

Date : Consultation sur invitation 2000

Images : © Atelier Patrick Berger

Photographies : © Gaston Bergeret

Maquette : © Thierry Martin

Textes : © Atelier Patrick Berger