Le principe d’économie propre à la nature, économie d’efforts, économie de matières, optimisation, détermine les formes géométriques. Il explique par exemple la constance de la symétrie, au sens géométrique, c’est-à-dire celles, même complexes qui ont pour particularité d’etre générées par un invariant. L’architecture de toute chose est la figure géométrique sous-jacente au phénomène physique qui l’a produite.

Il y a ainsi une architecture précise pour toute forme de vie. Réciproquement l’acte architectural consiste à résoudre la complexité des données d’un programme et de sa localisation selon la proposition d’une forme synthétique. Celle-ci ne peut être réductrice, elle est alors unique et déterminée par la combinaison de sa figure d’espace, de ses éléments constructifs et de ses liens d’échange avec son environnement. Figure sociologique, figure matériologique et figure environnementale, l’architecture est un art en soi qui ne diffère des processus de la nature que par les valeurs, l’expérience sensible et l’onirisme qu’il engage dans cette résolution et peut-être même pour cette résolution.