• LE PARC ANDRE CITROEN, PARIS
    Ce Parc est la quatrième perspective sur la rive gauche de Paris.Le caractère, son orientation vers la Seine le rend comparable au Jardin des Plantes, au Champs de Mars et aux Invalides. Il prolonge le trait caractéristique de ces grands espaces publics fondateurs. La ville y pénètre et il pénètre dans la ville. Le traitement de ses limites annonce une nouvelle relation de l’urbain et de la nature. Il y a fusion de l’architecture et du végétal. La stabilité des formes architecturales présente le mouvement des textures végétales. Le vis-à-vis du matériau architectural et du matériau végétal constitue ce paysage. Chaque figure construite présente un jardin thématique. Enclos, rampes, coursives d’eau en pierre, fontaines monolithes, thermes, estrades, exposent des formes de mouvement de l’eau, de la lumière et des plantes. Il n’y a pas d’autre récit que cette approche du mouvement comme idée de nature. Les serres Sériels donnent libre cours au développement des lianes et arbres fragiles qu’elles contiennent. Les passerelles qui les desservent traversent la masse des feuillages des arbres qui les bordent. Le mobilier offre plusieurs postures de repos. La quiétude de l’architecture encadre ou donne « lieu » aux variations de ces jardins que l’on peut toucher, traverser et qui ne représente que le jeu de leurs textures, de leur couleur, de leur mouvement, de leur matière à l’état nu. Deux grandes serres forment le lointain de la perspective générale du Parc. Elles opposent leurs piliers et leurs portes monosythes à la légèreté de leur vitrage. L’une contient un jardin austral, l’autre une orangerie qui peut également servir d’espace d’exposition. Leur dimension de 15 mètres de haut, 15 mètres de large, 45 mètres de long et les jeux d’eau du parvis qu’elles encadrent, emblématisent ce jardin à l’échelle de Paris.  
    parc_croquis_01
    parc_croquis_02
    parc_croquis_03
    parc_croquis_04
    parc_croquis_05