• LE MONUMENT DE LA COMMUNICATION FRANCE-JAPON
    Le Temps de la communication : l’homme inscrit par la technologie tous les temps rythmant la vie de la planète et dont les signaux convergeraient vers la Table pour faire l’objet d’une visualisation exclusivement poétique. temps origine : Dans ce projet, il s’agit de représenter le temps dégagé de ses formes culturelles nationales. C’est, par nature, le temps de la communication : indépendant de ses messages particuliers. granit : le granit de la Bretagne est le plus ancien de la plaque euro-asiatique : deux milliards d’années. Il manifeste la simultanéité de la durée géologique entre les deux bords de la plaque tectonique : 150 millions d’années du coté japonais. minéral : opposé au métal de la Table ; référence discrète aux formes préhistoriques du monde. voyage : le transport de la ligne de granit n’est pas un acte technique, il est la première forme de représentation du temps par le monument et doit être compris comme une première « écriture » du temps dans la structure. Le temps de ce voyage est un acte artistique unique et éphémère. monument : la Table n’est pas seulement un monument à la communication mais un dispositif de communication. le Monument : conçu sans contrainte d’usage, il ne représente que lui-même ; il est donc, par essence, communication. échelle : dans le projet, elle est fixée selon deux critères ; le premier est celui de la longueur de la table qui est égale à la hauteur de son niveau par rapport à la mer. Ces deux éléments naturels se trouvant ainsi associés dans le tracé. Le second tient à ce que le niveau de la table ne dépasse pas la hauteur du point géographique le plus élevé à proximité du monument. monument durable d’un acte fondateur : ne représentant que le temps, le monument se repère par le moment-origine de son installation. monumentaliser : la Table, horizontale, doit être de dimensions importantes pour être comprise comme une porte, un seuil. table « d’écriture » : fonction poétique du monument, le projet est d’y inscrire par les moyens technologiques présents et à venir des représentations visibles, des « écritures » du temps. typologie des temps : l’insertion technologique de la représentation de tous les temps caractéristiques de la planète pour faire apparaître les différences de rythmes, leurs corrélations, etc., et révéler leurs échelles.